Aux Algues Citoyens!

Jul 24, 2020

Aux Algues Citoyens !

 

 

Alors que la France se rue sur les plages pour profiter du déconfinement et de la trêve estivale, de nombreuses mairies vivant du tourisme estival de masse tentent désespérément de se débarrasser des algues, conséquence d’une agriculture intensive et non contrôlée.

 

Comment réconcilier le grand public avec les enjeux économiques liés à l’exploitation des bio ressources marines? Depuis maintenant trois ans, notre réseau BioMarine enregistre une très forte demande au niveau de la production d’algues de tous types : certaines fermes au Canada de l’Ouest viennent d’obtenir  des concessions de plus de 1 500 ha, l’Ecosse met en place des outils économiques puissants ( 70M£) pour accélérer le développement de la reforestation et de l’aquaculture d’algues dans un contexte de post Brexit, les Pays Bas accélèrent l’exploitation et l’automatisation des cultures offshore dans les zones éoliennes, l’Australie multiplie les invitations aux industriels pour développer la filière, le Groenland lance des tests grandeurs nature pour tester cette algoculture, la Norvège accélère le développement des produits à haute valeur ajoutée en promettant de nourrir ses saumons avec de la protéine végétale, et  la Chine continue de produire massivement cette matière première en inondant les marchés de produits en tout genres.

 

Quel est vraiment la situation pour notre pays et que pouvons-nous envisager pour que la France puisse devenir un acteur/ producteur qualitatif de ce nouvel Or bleu ?

 

Les Algues et Micro Algues font partie intégrante de notre vie de tous les jours. De l’assiette au dentifrice, en passant par les conserves, certains biomatériaux, le bio plastique, mais aussi l’encre, la cosmétique, les produits pharmaceutiques, les algues possèdent tellement de caractéristiques intéressantes qu’on ne saurait les nommer toutes. Depuis les temps préhistoriques, ces grandes forêts côtières immergées qui peuplaient toutes nos côtes, du nord de la Norvège jusqu’au sud du Portugal, ont permis aux hommes de prospérer et de trouver toutes les ressources nécessaires pour se nourrir, se vêtir et se chauffer. Les algues font partie intégrante de notre patrimoine et représentent un potentiel économique gigantesque tant pour la création d’emplois que l’innovation ou pour la lutte contre le réchauffement climatique. Un m2 d’algues peut capturer jusqu’à 7 fois plus de carbone qu’un m2 de foret primaire. Certaines Kelp peuvent pousser de plus de 5 mètres par jour, ces forêts côtières sous-marines abritent une bio diversité unique et protègent nos côtes des grandes tempêtes hivernales en diminuant dramatiquement l’effet des vagues.  

 

Depuis 2008, BioMarine accompagne les entreprises de la bio économie bleue, et plus de 30% des projets les plus innovants impliquent les algues, leurs polyphénols, leurs anti UV naturels, les biomolécules qu’elles recèlent, les fibres et polymères qu’elles procurent sans oublier les sucres que certains voudraient exploiter pour les biocarburants.

 

Je pourrais vous livrer un nombre considérable de PMEs exceptionnelles ou traditionnelles travaillant dans le secteur et localisées partout autour du monde, mais pour une fois, je voudrais au travers des exemples suivants vous faire partager le potentiel innovant de notre beau pays : « la France ».

 

Ah si seulement les politiques qui se sont succédés aux gouvernements depuis l’après-guerre avaient considéré la France comme un vrai eldorado maritime, nous serions peut être la vraie première économie bleue mondiale. Mais il n’est jamais trop tard , commençons par présenter les pionniers. Ces noms évoqueront pour la plupart d’entre vous, non seulement un vrai savoir-faire, l’expertise, une vision et la volonté de faire rayonner contre vents et marées le savoir faire français.

 

Olmix, dont le Président Hervé Balusson avait compris que ces algues permettaient de nourrir le bétail en réduisant les émissions bovines de méthane, et d’apporter les compléments alimentaires indispensables à leur équilibre tout en remplaçant les usages intensifs d’antibiotiques par leur effet probiotique.  Il avait aussi imaginé dès le début que ces algues pouvaient être un fertiliseur idéal pour l’agriculture, un bio stimulant naturel et aussi un biocide efficace qui remplace les pesticides chimiques. Mais nul n’est prophète en son pays et l’entrepreneur breton se bat contre le conservatisme pour faire avancer la filière. Sur tous les fronts il supporte et finance au travers de sa holding de nombreuses entreprises locales de production d’algues. Il a mis l’éducation et le gout dans ses priorités en proposant de nombreux programmes innovants. Que dire alors lorsque telle personnalité parisienne qui venant passer ses week-ends en Bretagne bloque depuis plus de trois ans un projet de ferme d’algues établi loin des côtes, sous prétexte que sa ligne d’horizon pourrait en pâtir ! œuvrant pour la culture des algues offshore dans les champs d’éoliennes, il se heurte aussi aux anti- tout dont la France s’est faite une spécialité nocive et qui exigent plus  d’énergie propre, mais pas au risque d’abriter ces champs éoliens dans leur entourage !

 

Seppic, notre champion du monde des ingrédients marins dont l’expertise reconnue s’est faite sur la cultivation de cellules souches d’algues. Cette compagnie filiale de Air Liquide est un pur joyau qui rayonne dans toute la planète au travers notamment de sa branche BiotechMarine basée en Bretagne.

 

Et puis il y a le groupe Roullier établi lui aussi en Bretagne, dont l’expertise initiale est la nutrition animale, diversifié dans de nombreux secteurs d’activité dont la  production d’ingrédients marins.

 

Bien sûr la Bretagne est le territoire pionnier de cette économie bleue et Jean Yves le Drian a été et reste le meilleur ambassadeur de cette expertise. Mais la France Bleue est partout, de Mulhouse à Perpignan en passant par St Jean de Luz et Lille nos entrepreneurs bleus font avancer cette nouvelle économie sur la scène internationale :

 

Permettez-moi de vous citer celles qui me viennent directement à l’esprit :Pierre Fabre, Seppic, Yves Rocher, Algosource, Algolesko, Greentech, Groupe Roullier, Olmix, , Endotella, Polaris, Neomerys, Algues de Bretagne, CEVA, Algae nutri, Algobiotech, Wealsea, Vegenov, Microbia environnement, la manufacture des algues, NaturO, Alganelle, le pole Trimatec, Serinol, Ty Algues, Sederma, Algo Paint,  EE Novae, DNA Gensee, le CEA, AlgaWell, Eranova, Microphyt, Algo, Algosolis, Algues Marines Restaurent, Aqualande, Futura Gaia, LipoFabrik BioOceanOr, bio-rad, Vinci, Orjem, Micro algues process, Groupe Emile, Via Aqua, Creaocean, Idmer, Natexplore, Sem+ et bien entendu, BioMarine installée en Nouvelle Aquitaine.

 

Derrière ces entreprises, il y des milliers d’experts, des scientifiques, des industriels producteurs et des distributeurs. Rendons leur hommage car ils sont le tissu indispensable de notre bio économie bleue. Et puis il y nous, les consommateurs soucieux de l’ environnement, de la qualité des produits dont nous nous nourrissons, des ingrédients que nous nous mettons sur la peau, des traitements que nous prenons.

Nous avons le pouvoir de faire avancer cette bio économie bleue, par notre engagement à acheter des produits naturels préparés dans le respect de l’environnement et contribuent de l’emploi en France.   Une mention toute spéciale pour les investisseurs qui supportent cette économie bleue autour du monde, dont Isabelle de Cremoux, la Présidente du directoire de Seventure  Partners avec qui j’ai le plaisir de lancer notre fond  bleu.

 

Aujourd’hui je fais un pari gagnant : avec l’arrivée de la nouvelle Ministre Annick Girardin, la bio économie bleue va retrouver une vraie dynamique. Connaissant bien la mer car issue de St Pierre et Miquelon, et après touché aux problématiques insulaires au travers des territoires d’outre-mer, elle revient avec un mandat précis : faire de la mer un vrai catalyseur d’ambitions, d’innovation et de création d’emploi ! nous serons au rendez-vous.

 

Aux Algues Citoyens

 

Pierre Erwes

Président BioMarine

Venture Partner, Blue Forward Fund


Other news